Logement énergivore : comment faire baisser la note ?

Logement énergivore : comment faire baisser la note ?

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) est fait. Le résultat est sans appel. Le logement dans lequel vous êtes est noté D, E, F ou encore G ? Ces scores correspondent aux maisons et appartements les plus énergivores. Il y a donc fort à parier que les factures d’énergies y soient importantes.

Heureusement, il existe des solutions efficaces pour améliorer son bilan énergétique, retrouver un réel confort dans son logement et réaliser au passage d’importantes économies d’énergie.

Dédramatisez et relativisez cette notation

Minimisons la situation : En France, de nombreuses habitations sont énergivores et finalement trop peu sont considérées comme étant bon marché.

Ainsi, selon l’ADEME (Agence de la transition écologique, créée en 1991), les notes A et B des maisons basse consommation ne représentent aujourd’hui que 21,8 % des logements.

Ainsi, la majorité des maisons et appartements français se situent entre le niveau C et le niveau E. 67,2 % des appartements se situent quelque part entre les deux, entre une isolation moyenne et une passoire thermique. Quoi qu’il en soit, il existe aujourd’hui des moyens d’améliorer l’efficacité énergétique de sa maison.

L’isolation est fondamentale pour améliorer son DPE

Avant tout, les efforts de rénovation doivent porter sur une isolation défaillante. Jetez un coup d’œil aux différents types d’isolation propres à chaque maison.

L’isolation de la toiture est primordiale

Presque un quart de la chaleur d’une maison pas ou mal isolée s’échappe par le toit. C’est souvent l’un des gros points noirs des maisons familiales plus anciennes.

Vous avez un grenier? Nous vous recommandons d’ajouter une ou deux couches d’isolant pour améliorer la résistance thermique de votre toit. Il existe différentes techniques selon la toiture : utilisez alors soit de la laine minérale à dérouler ou de la laine soufflée.

Murs, fenêtres & ouvertures : quelle isolation ?

Isoler l’intérieur ou l’extérieur des murs peut réduire les pertes de chaleur d’environ 20 %. Là où l’isolation interne est généralement moins chère, elle est aussi moins efficace que l’isolation externe qui élimine les ponts thermiques.

Pour ce qui est des fenêtres, portes et autres baies vitrées, soyons honnêtes, les parois vitrées sont l’une des principales sources de déperdition d’énergie, il faut donc idéalement qu’elles soient en PVC ou en aluminium et qu’elles aient au moins un double vitrage.

N’oubliez pas l’isolation par le sol !

La perte de chaleur par le sol peut atteindre 10 %. Dans ce cas, utilisez une isolation de sol si votre maison a un sous-sol ou un vide sanitaire. Les panneaux de sol, les chapes flottantes sur sols existants ou encore les panneaux isolants rigides sont également des solutions efficaces.

Les matériaux d’isolation tels que la laine de roche, la laine de verre, le polyuréthane et le liège réduisent également les pertes d’énergie. Vous pouvez également utiliser du rembourrage en cellulose ou du polystyrène traditionnel, qui est très couramment utilisé dans l’isolation extérieure (ITE).

 Zoom sur l’installation de chauffage

Un autre point clé pour réduire les coûts énergétiques est de s’assurer que son système de chauffage est efficace, économique et adapté à ses besoins. Si vous chauffez au mazout ou au propane, faites des économies en passant à une autre énergie de chauffage comme le gaz ou les granulés bois de chauffage

Au fur et à mesure qu’une chaudière vieillit, elle consomme alors plus qu’elle ne devrait. Les nouveau systèmes (pompe à chaleur électrique, chaudière à condensation) sont beaucoup plus performant que les modèles standards. Les économies totales sur la facture réalisées sont fr l’ordre de 15 à 20%.

Une autre option pour réduire les coûts énergétiques est un système de ventilation mécanique qui peut répartir uniformément l’air frais et les calories dans l’air comme un chauffe-eau thermodynamique.

Booster la performance énergétique de son logement : un investissement censé

Oui, bien sûr, des travaux d’isolation et l’installation d’un nouveau système de chauffage, ainsi que d’éventuelles retouches aux portes et fenêtres… tout cela à un coût ! Néanmoins, gardez à l’esprit, que ces tâches ont un impact réel sur les factures d’énergie. Au final, en améliorant la performance énergétique de son logement, vous faites des économies importantes.

A noter également qu’un logement bien isolé avec un DPE correct est un logement qui peut être revendu ou loué plus facilement. Selon les statistiques notariales, les appartements énergivores (de E à G) bénéficient d’une remise de 5 à 15%. À l’inverse, les appartements de catégorie C peuvent se vendre 5 à 12 % de plus.

De nombreuses aides de l’Etat pour vous aider

N’oubliez pas les aides financières mises en place par l’Etat afin de soutenir les initiatives de rénovation énergétique. Il y a par exemple : l’éco-prêt taux zéro pour financer jusqu’à 30 000€ de travaux, la subvention de l’Agence Nationale de l’Habitat pour les travaux dans l’ancien, la prime énergie pour le remplacement d’une chaudière ou l’isolation des combles….

Pour en savoir plus, renseignez vous d’abord localement aurpès de la mairie ou de la préfecture. Et au besoin, contactez directement l’ADEME, l’ANAH ou encore les artisans agréés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *